Actualité

Booster sa production en fin de ligne
grâce aux îlots robotisés !

Partager sur

C’est principalement en fin de ligne que l’on peut agir pour améliorer les performances des industriels. C’est là que se retrouvent les tâches les plus pénibles, redondantes et avec peu de valeur ajoutée. La robotisation est donc une réponse incontestable à ces problématiques. Productivité, fiabilité et sécurité : les enjeux sont multiples pour ces îlots robotisés. La BU Automation de Bouygues Energies & Services est en capacité d’y répondre grâce à son savoir-faire en automatisation et robotique.

Augmenter les cadences de manière significative pour une meilleure compétitivité.

En début de ligne, les matières premières arrivent en grosse quantité et le temps des opérations à réaliser peut varier selon le produit. En revanche, à l’autre bout, la cadence devient naturellement plus forte. Les produits sont passés par toutes les étapes de production et ne subiront plus de modifications. « La fin de ligne, c’est souvent de la palettisation, du packaging, de l’encaissage… Il s’agit de prendre un objet et de le déposer dans un carton ou encore de déposer le carton sur la palette. » synthétise Marc Théron, Responsable des activités de notre filiale SMI et basé à Bordeaux. Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces tâches sont simples et constantes. Il est facile de les mécaniser et de le faire à un rythme soutenu. « Que l’on mette des plaquettes de frein ou des barquettes de salades dans un carton, le geste est identique. Même chose pour les cartons : quel que soit leur taille et leur contenu, il faut toujours les mettre sur des palettes. » appuie Rodolphe Poirier, Responsable commercial au sein de notre filiale à Nantes, SEA Productique.
La fin de ligne est donc le lieu le plus pertinent pour gagner du temps et par conséquent augmenter la productivité. Dans tous les secteurs industriels, le gain de temps est un levier essentiel pour être rentable et compétitif. Même les PME sont de plus en plus séduites par la robotisation de fin de ligne. Selon les activités, le retour sur investissement se fait généralement entre un et sept ans. Rodolphe Poirier se rappelle d’une petite entreprise dans l’Ouest de la France dont SEA Productique avait mécanisé toute la préparation de commandes : « Au départ, quand elle a fait le ratio de l’investissement par rapport à son chiffre d’affaire… le pari semblait pari risqué. Mais une fois son installation remboursée, elle a été extrêmement gagnante sur le prix de revient de leur produit. C’est clairement un atout pour se démarquer de la concurrence ». C’est peut-être dans l’agroalimentaire qu’il existe le plus d’exemples marquants de ces bénéfices. Les quantités produites y sont tellement conséquentes que les cadences doivent être importantes. Illustration avec une entreprise spécialisée dans la transformation de produits à base de légumes. Rodolphe Poirier explique : « Nous avons conçu et installé toute une fin de ligne. L’objectif était de récupérer de grosses barquettes à la sortie de l’operculeuse pour les mettre dans des cartons puis sur des palettes. L’entreprise souhaitait une forte cadence et nous avons atteint 40 barquettes par minute. C’est une cadence inconditionnable à la main. Cela n’avait jamais été fait. ». Avec des chiffres pareils, la légitimité des îlots robotisés n’est plus à démontrer. La capacité de Bouygues Energies & Services à proposer des solutions efficaces non plus. Parmi les affaires qu’il a pu traiter, Marc Théron évoque celle d’un chocolatier : « En fin de ligne, nous avons installé une cellule robotisée avec deux robots de palettisation pour prendre en charge des sacs krafts remplis de pépites de chocolat. Ils peuvent traiter jusqu’à 400 sacs par heure selon les besoins. En gros, cela revient à 7 sacs palettisés par minute soit un toutes les 9 secondes ». Ces temps de cycles ont été validés par le client qui a d’ailleurs dû adapter l’environnement de l’atelier pour s’adapter à cette performance. Un mur a été cassé pour permettre au chariot de déchargement des palettes de manœuvrer plus facilement.

Plus de sécurité et de fiabilité.

Autre élément à prendre en considération : la pénibilité. Remplir des cartons ou porter des sacs de 20 kilos toute la journée c’est difficile et fatigant. Les entreprises veulent limiter les manutentions pour améliorer les conditions de travail des opérateurs. Les robots sont la solution. Et, contrairement aux idées reçues, il est faux de croire qu’ils sont un danger pour l’emploi. Ils permettent même la montée en qualification et en valeur ajoutée des employés. « Quand on installe une cellule robotisée, c’est souvent accompagné d’une formation. Des opérateurs deviennent conducteurs de ligne. Il y a toujours besoin de personnes qui gravitent autour des machines pour de la maintenance, du suivi, de la programmation, de la réparation… » explique Marc Théron. Rodolphe Poirier confirme : « Le robot, il sait faire beaucoup de choses seul, c’est vrai. Mais il faut le piloter, le commander ou même l’alimenter en cartons ou autres. Ces opérations-là doivent être réalisées manuellement ».
Pour l’industriel, ces changements de métiers en fin de ligne sont un avantage non négligeable. Les opérateurs sont beaucoup moins exposés aux blessures et autres troubles musculo-squelettiques. C’est leur santé qui est soignée et indirectement, la productivité. D’ailleurs, tout est également fait pour réduire au maximum les risques d’accidents avec les machines. Comme le dit Marc Théron : « Quand nous installons un robot, nous avons toute une procédure de sécurité mise en œuvre. Ça passe par de la cartérisation, des grilles... C’est ce que nous appelons une cellule et cela sert à protéger l’utilisateur qui vient au plus proche du robot ».
Enfin, enlever la répétabilité aux opérateurs permet aussi de réduire les erreurs. Exit les problèmes de produits dans les mauvais cartons ou de cartons sur les mauvaises palettes. « Régulièrement, nous pouvons avoir des lignes de production qui ont plusieurs types de produits finis. Et il se peut qu’il y ait des mélanges. Or, avec un robot équipé d’une solution de vision, nous réduisons totalement le risque que cela arrive. » assure Marc Théron.

Voilà tous les intérêts que représentent les îlots robotisés en fin de ligne : la compétitivité et le gain de temps ; le confort et la sécurité pour les salariés d’un point de vue ergonomique ; la fiabilité des tâches réalisées. 
 

 

Saga robotique

Retrouvez toutes nos offres en automatisation et en robotique

Actualités

Retrouvez l'ensemble des sujets qui font l'actualité de Bouygues Energies & Services : nouveaux projets, innovations, événements publics et clients, partenariats, communiqués de presse...

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231